CultureIdées & RéflexionsMusique

CULTURE – Analyse : Bag La ce tube Djakout #1 qui cache un péché

Pouchon - Djakout #1
324views

Comme moi vous l’avez sans doute écouté, ce hit de Djakout #1 intitulé Bag La, mais vous êtes vous une fois poser des questions sur le texte ? Moi, je l’ai fait et d’autres amis ont fait le même constat que moi. Allons découvrir de quoi il s’agit…

Gravé en 4e position sur le dernier album de Djakout #1, Nou Pap Dòmi Deyò, Bag La est l’un des plus grands hits de cet album.

À force d’écouter ce texte, j’ai fait quelques remarques que j’ai partagées avec quelques amis et ils ont unanimement fait le même constat. Une analyse du texte en profondeur m’a permis de voir des choses qui n’ont pas été dit, mais qui laissent perplexes.

Le chanteur Polo introduit le texte avec deux questions : Poukisa ou pa konprann foli mwen ? Poukisa ou pa konprann konsèp mwen ? Particulièrement, ces deux questions suscitent des soupçons. La première question qui parle de la folie de l’artiste, aurait tout son sens si elle n’était pas suivie de la seconde qui parle de concept. Que vient faire le mot concept dans le texte ? De quel concept s’agit-il ?

La phrase : « Nou an 2017, nou pa ka an kachèt« , vient de compliquer l’affaire. Depuis des lustres, on sait que les histoires d’amour en cachette ne sont plus monnaie courante dans cette société, sinon une histoire d’amour qui est très loin de l’ordinaire.

Entre autres, les questions : Poukisa ou pa konprann feeling mwen ? Poukisa ou pa konprann ide mwen ? Feeling, idée, concept, folie sont tous des mots utilisés dans un sens qui ne traduit pas un amour envers une femme. Si vous ne me croyez pas allons voir…

Les phrases Santi m amoure – M pa menm bezwen konn kiyès ou ye, prouvent que l’artiste ne parle pas d’une femme, l’être est tout sauf une femme. S’il s’agissait réellement d’une femme, la phrase Pa bezwen legliz pou nou marye n’a pas vraiment sa place. L’artiste aurait de préférence dit : Nap antre legliz pou nou marye Nous le savons tous, les mariages homosexuels ne sont pas célébrer dans les églises.

Les seules paroles qui auraient fait la difference sont encore tendancieuses, quand l’artiste lance : Cheri ann al fè pitit, on aurait cru une relation normale, mais la suite change tout : De gason de ti fi

Soyons sérieux, ce texte est loin d’être un texte écrit pour une femme, si jamais je me trompe, le texte est très mal écrit. Les paroles sont très tendancieuses et de nombreux mots traduisent des faits qui sont la preuve irréfutable que le texte, aussi sentimental qu’il puisse être, ne traduit pas une histoire d’amour ordinaire.

DÉCOUVREZ LES PAROLES DE LA CHANSON DANS LA RUBRIQUE LYRICS DU SITE

Leave a Response

Revital Lynch
Professeur, Technicien supérieur en Informatique, Journaliste multimédia, Web-entrepreneur, Photographe, Rédacteur de projet, Ghostwriter... Directeur de l'agence de presse Netalkole, PDG de Cho9...