Énième journée de mobilisation anti-Jovenel dans le pays

ACTUALITÉS LOCALES

Alors qu’il a formé récemment une commission pour solutionner la crise à laquelle le pays fait face depuis environ un mois, le président a vu sa demande de dialogue refusée par l’opposition. Comme surplus, elle avait annoncé une nouvelle journée de mobilisation partout dans le pays pour continuer d’exiger le départ du chef de l’État, ce vendredi. Ce qui a été fait !

Après l’organisation de plusieurs manifestations, l’opposition avait fait appel encore une fois à la population de la capitale pour une manifestation de plusieurs branches qui devraient se rendre à Pétion-ville puis à Pèlerin 5, pour ce vendredi. Cette fois, ils disaient qu’ils allaient passer 2 heures se temps sur la “Place Saint-Pierre” en vue d’attendre la lettre de démission du président, sinon, ils iraient la chercher à son domicile ! Les habitants des villes de province étaient aussi concernés et ils n’ont pas chômé.

Comme c’est le cas pour les 4 dernières semaines, beaucoup de manifestants, issus d’un peu partout dans le pays, ont gagné les rues pour continuer avec la même revendication : la démission de Jovenel Moïse. Pour ceux de la capitale, après environ deux heures de temps passés à Pétion-ville, ils ont tenté d’emprunter la route pour aller à Pèlerin mais la police ne leur a pas laissé emprunter la route de Kenscoff, avec notamment 2 véhicules du CIMO et un barrage érigé avec des agents. Et ça allait tout de suite tourner en vinaigre.

Tandis que des responsables de la manifestation, dont des sénateurs de l’opposition et aussi Chiler Louidor, échangeaient quelques mots avec les policiers pour leur rappeler qu’ils avaient notifier la direction centrale de la police, il y a eu un dérapage entre des forces de l’ordre et quelques manifestants. Par la suite, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène. Furieux, les manifestants ont répondu par des jets de pierres. Après cet affrontement, il y a eu plusieurs blessés du côté des protestataires.

Pou mater cette mobilisation, la police a continué à traquer les manifestants un peu partout à Pétion-ville tout en continuant à faire usage de gaz lacrymogène mais aussi de balle en caoutchouc. Finalement, elle n’a pas pu arriver à sa destination. Pour cette nouvelle journée de mobilisation, il y a eu plusieurs arrestations et plusieurs blessés dont un journaliste de Associated Press.

À rappeler que dans des zones de province telles que : Jacmel, Gonaïves, Cap-Haïtien, Les Cays, pour ne citer que celles-là, il y a eu aussi des manifestations pour exiger le départ de Jovenel Moïse.

Finalement entre le président qui veut, à tout prix, arriver au terme de son mandat et qui a formé une commission pour dialoguer avec tous les secteurs et pratiquement tous ces secteurs qui ne cessent de demander sa démission et qui, eux-meme, ont déjà formé une commission de passation de pouvoir, en essayant de penser à une solution à la crise, il n’y a pas moyen de ne pas se perdre dans ce tohu-bohu !

RÉDACTION : Peterson DORSAINVIL
NÈTALKOLEMEDIA / MÉDIA STELLAIRE/ HAÏTI BROADCASTING 2019

Laisser un commentaire