+509 41 21 7131 revitallynch@netalkole.com
DiplomatienetalkolePolitiqueSociété

HAÏTI/RÉPUBLIQUE-DOMINICAINE – Politique : De 1986 à 2018, la République Dominicaine en avance de 32 années sur Haïti

Haiti - République Dominicaine

Le temps en économie est la ressource fondamentale à la production de toute richesse. De 1986 à 2018, les deux nations qui partagent l’île d’Haïti, disposaient de 32 ans pour se créer des richesses.

L’instabilité politique qui est le principal obstacle à la création de richesse dans l’État en Haïti, elle offre un contraste malheureux sur le tableau de la réalité haïtienne.

Dans l’espace de 32 ans Haïti, a connu 15 chefs d’État, 22 Premiers Ministres, 3 coups d’État, 6 Gouvernements provisoires, 5 présidents exilés sans effectuer leur mandat comme prévu dans la Constitution. Des crises politiques, sociales et économiques chroniques sont constamment présentes. La vie politique transcende toutes choses en Haïti, mais elle n’est jamais stable.

Par contre, en République voisine, à l’Est de l’Ile, pendant ces 32 années, on a recensé : quatre (4) présidents et six (6) Vice-présidents en9 mandats présidentiels. Ces Chefs d’État sont issus de trois parties politiques. La réalité politique n’est pas un obstacle au développement du pays.

Dans un bref calcul, on pourrait diviser les 32 années par le nombre total de présidents ou Premier ministre / Vice-président qui ont occupé le pouvoir dans les deux pays, le temps moyen du mandat d’un Chef d’État haïtien serait à peu près deux ans et à peu moins pour les Chefs de gouvernement, soit un an et quelques mois, contre un total de huit (8) ans pour les présidents et cinq (5) ans pour les Vice-présidents.

Est-il rationnellement possible à une Administration d’établir une vision politique en seulement deux ans ?

Les 15 Chefs d’État haïtien proviennent de différentes structures politiques et des fois même de structure apolitique. Ceux de la République Dominicaine proviennent seulement de trois (3) organisations politiques et ils restent toujours fidèles à leurs origines politiques (ce qui n’est pas le cas en Haïti).

Considérant les 32 années comme des années de 365 jours, nous aurons 280 320 heures ou 16 819 200 minutes ou encore 1 009 152 000 secondes. La moindre seconde compte dans une gestion rationnelle du temps. Le pire, cette ressource, nous ne pouvons l’économiser. Nous ne pouvons en faire que deux choses : soit l’utiliser ou le gaspiller. Le temps ne peut être économisé.

Haïti consomme beaucoup de temps pour nourrir son instabilité politique, beaucoup de temps dans l’organisation des élections, une bonne partie du temps pour trouver un Premier ministre, pour les manifestations (souvent légitime ou souvent politique), pour des projets superflus … l’Est de l’île fait tout le contraire et les résultats sont, cent fois, meilleurs.

De 1986 à 2018, la République Dominicaine a effectué 32 années de progrès sur Haïti. Ce n’est pas une chance, mais un choix. La perte de temps est la pierre angulaire de notre état.

Laisser un commentaire