Plus d’une vingtaine de femmes sont violés dans les communes frontalières entre Haïti et la République Dominicaine.

ACTUALITÉS LOCALES SOCIÉTÉ

Dans une conférence de presse donnée lundi 25 novembre 2019, à l’occasion de la journée internationale de la lutte contre la violence faite aux femmes, le groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) a déploré les violences que subissent les femmes dans les divers points frontaliers entre Haïti et la République Dominicaine.

Durant les trois premiers trimestres de l’année 2019, 27 femmes sont victimes de viol à, Belladères, Thomacique, Lascahobas entre autres, a fait savoir le GARR.

«l’accompagnement et la prise en charge des femmes victimes de viol sont extrêmement difficiles dans ces communes parce que les dispensaires ne sont pas assez bien équipés pour prodiguer des soins adéquats aux victimes» a informé Geralda Saint vil, Coordonnatrice du GARR qui a également ajouté que la plupart des victimes préfèrent garder le silence par peur d’être stigmatisé.

Plus loin le GARR dit plaider en faveur de l’établissement d’un système judiciaire impartial dans le pays en vue de lutter sérieusement contre la violence faite aux femmes.

RÉDACTION : Kervens Adam PAUL

COPYRIGHT : NETALKOLE / MÉDIA STELLAIRE / HAÏTI BROADCASTING 2019

Laisser un commentaire